Partager ce contenu

Introduction : Adaptation, sur-adaptation, pourquoi il faut arrêter de jouer un rôle?

S’adapter est un excellent moyen d’interagir avec notre entourage, mais uniquement quand c’est ponctuel et quand ça te permet de « sauvegarder » le fonctionnement de quelque chose qui importe. Mais je t’écrivais dans un article précédent aussi qu’il y a certaines personnes qui avaient plus tendance à s’adapter que d’autres et que c’était en partie lié à la confiance en soi.

Cependant, la limite est mince entre s’adapter aux autres et jouer un rôle… et le fait de porter un masque, de se sur-adapter, peut être extrêmement destructeur pour votre confiance en vous-même. Voyons ensemble dans cet article les 3 raisons pour lesquelles vous ne devriez jamais jouer un rôle, et le lien entre la sur-adaptation, et la confiance en soi. 

Pourquoi arrêter de te sur-adapter?

1. Jouer un rôle, c’est comme manipuler les autres

Alors jouer un rôle d’une manière stratégique, évidemment en terme d’éthique, c’est peu reluisant parce que ça t’amène sur un peu de la manipulation, de la stratégie, etc.

Mais au delà de cet aspect purement manipulatoire qui n’est probablement pas ton intention première si tu lis cet article, cela pose un problème plus important : 

C’est que même si tu n’as pas conscience d’avoir cette intention, les autres peuvent se méprendre et te l’attribuer. Et être catégorisée dans la case « manipulateurs » alors qu’on a simplement envie d’être reconnu, aimé, accepté, ça peut poser pas mal de dommages collatéraux qui n’en vaillent souvent pas la peine. D’ailleurs, ça vient un peu mettre en évidence le lien entre la confiance en soi et l’adaptation, car le fait de t’adapter fait que tu n’es plus que peu toi-même.

2. Jouer un rôle peut nous faire oublier qui on est

Quand tu te adaptes constamment à des gens, tu as tendance, un moment donné, à te perdre et à ne plus savoir qui tu es, à ne plus savoir ce que tu veux. C’est logique : comme ce que tu veux, c’est toujours ce que les autres veulent ou ce qui leur ferait plaisir, tu te mets de côté et tu te perds, tu ne peux plus t’appuyer sur qui tu es, sur l’estime que tu peux avoir de toi.

Résultat, c’est aussi dans ce genre de situation qu’on va se plier plus facilement aux injonctions diverses, et plus spécifiquement aux injonctions de la société.

Et donc tu fais quoi en réponse à ça? Et forcément tu vas essayer de t’adapter encore plus. Tu vas essayer encore plus de redorer ton blason auprès de ton entourage et donc tu vas finir dans ce truc où tu vas te sur-adapter encore une fois.

Le fait de changer de manière radicale de comportement, de toujours s’adapter à tout le monde, peut nous amener à nous perdre, à perdre l’essence de qui l’on est. Il peut alors devenir extrêmement difficile de couper le cercle vicieux, et de se remettre au centre de nos actions.

3. Jouer un rôle déclenche le syndrome de l’imposteur

Ça peut également faire apparaître un copain qu’on a tous connu, le fameux syndrome de l’imposteur. Cette petite voix dans notre tête qui nous répète sans cesse « t’es pas assez compétent, t’es pas assez reconnaissable, t’es pas assez aimable ».

Évidemment, c’est lié à un manque de confiance parce qu’encore une fois je te ramène à toi :

Si toi tu sais que tu es compétent, si toi tu sais que tu as confiance en toi, que tu estime et que tu as de la valeur, en fait, tu n’as pas besoin de chercher l’approbation dehors.

S’appuyer sur soi au lieu de s’appuyer dehors, ce qui te permet du coup de ne pas tout perdre et de ne pas te demander qui tu es un bon matin.

D’autant que ça pose un problème fondamental le fait de ne pas être aimé pour qui l’on aime et d’être détesté, pour qui on est pas, parce que du coup, on récolte ni les points positifs d’être aimé et d’être entouré et d’être apprécié. Et on récolte pas non plus les points positifs d’être détesté, être détesté, c’est pas forcément cool, surtout d’être détesté pour qui on est pas. 

En résumé : Adaptation et confiance en soi

Du coup, un conseil pour la fin de cet article : c’est au pire, soies toi ! Vaut mieux être aimé pour qui t’es et être détesté pour qui tu es, que pour qui tu n’es pas… Parce que dans ce cas, tu ne récoltes aucun avantage de tes relations, en plus de détériorer ta confiance en toi.

 

Parce que c’est bien ce dont il s’agit :
Le manque de confiance entraîne ta sur-adaptation mentalisée et stratégique, qui entraîne ton manque de confiance et ton syndrome de l’imposteur. Tu as l’impression de jouer un rôle, ce qui t’éloigne de toi-même… Qui entraîne un manque de confiance en toi.

Partager ce contenu